Grandiose ! La Chine et les Etats-Unis ratifient l’accord de Paris sur le climat

A Pékin, en décembre 2015.
C’est le cadeau de bienvenue offert par la Chine aux chefs d’Etat et de gouvernement invités à Hangzhou pour le sommet du G20, les 4 et 5 septembre : la ratification de l’accord de Paris sur le climat. Après que le Parlement chinois, l’Assemblée nationale populaire, a adopté samedi 3 septembre au matin, lors de la clôture de sa session bimensuelle, le texte issu de la COP21, la Maison blanche a à son tour annoncé la ratification du texte par Washington. Cette étape doit permettre au président Xi Jinping d’annoncer aujourd’hui même à Hangzhou, avec son homologue américain Barack Obama, arrivé en début d’après midi d’Hawaï, que les deux pays sont désormais liés par les engagement pris à Paris en décembre 2015 pour lutter contre le réchauffement climatique.
Ce ralliement des deux plus gros pollueurs de la planète est une avancée majeure. Selon la comptabilité onusienne, la Chine totalise à elle seule 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, les Etats-Unis y contribuent pour près de 18%…

Voir article complet sur lemonde.fr par Simon Roger et Brice Pedroletti (Hangzhou, envoyé spécial)

Climat : les investisseurs pressent le G20 d’enclencher l’accord de Paris

Climat : les investisseurs pressent le G20 d'enclencher l'accord de Paris

Dans une lettre adressée à chaque dirigeant du G20, un groupe de 130 investisseurs institutionnels internationaux (IIGCC) les a exhorté à passer dès cette année à l’étape de la ratification du texte adopté en décembre 2015 à la COP21. Plus tôt les pays s’engageront dans ce processus, plus tôt les investissements y « bénéficieront d’une sécurité accrue » face au risque climatique et « seront plus à même de favoriser les solutions bas carbone et zéro carbone », indique leur courrier. Parmi ses signataires figurent des fonds de pension, des fonds souverains et des assurances indiquant peser au total 13.000 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

A ce jour, aucun Etat du G20 n’a encore ratifié l’accord de Paris, si l’on excepte la France. Celle-ci ne pourra toutefois déposer son instrument de ratification au secrétariat des Nations unies, le seul acte qui vaille, que quand toute l’Union européenne sera prête. Une démarche que le Brésil et la Chine sont, par contre, en voie d’accomplir le mois prochain, suivis des Etats-Unis, sans doute le 21 septembre, à la veille de l’Assemblée générale de l’ONU…

Voir article complet sur lesechos.fr par Joel Cossardeaux

Climat : Les Etats Unis s’y mettent

par Dominique Martin Ferrari

Le 14/11/14

Malgré leurs habitudes et leurs réserves quant au multilatéralisme, les Etats-Unis se préparent à la COP 21 de 2015. La défaite électorale d’Obama lui aurait- elle donné des ailes pour le dossier climat ? A défaut de s’engager sur un accord contraignant, va- t-il désormais multiplier les engagements ?

Après un accord de première importance avec la Chine, il promet de verser une contribution de 3 milliards au fonds vert et ce, pendant le sommet de Brisbane (G20/ 15/16 Novembre ), où il précisera également ses engagements en matière de réduction des HFC (gaz à effet de serre) en amont de la 26° conférence qui s’ouvrira à Paris le 24 Novembre prochain.

Un geste qui ravira François Hollande venu pour la première fois en Australie faire son lobby pour la COP 21. N’oublions pas que comme le Canada, l’Australie ne s’engage plus: le 1° Ministre Tony Abott ayant il y a quelque temps déclaré « le réchauffement climatique est une connerie absolue » , et réaffirmé Jeudi dernier que « rien ne détournera l’ordre du jour du G20 (croissance , fraude fiscale, relations internationales…) Il y a beaucoup d’autres enceintes pour parler de climat » . Pourtant un dossier brûlant s’est invité à l’ordre du jour de ce G20, celui des subventions aux énergies fossiles. N’oublions pas que l’Australie est le 2° pays importateur mondial de charbon. Il y a cinq ans le G20 s’engageait à mettre un terme aux énergies fossiles Le sommet de Brisbane va t il obtenir ce que le sommet de Ban Ki-Moon en Septembre dernier n’a pu obtenir ?

Car ce sont vraiment les pays du G20 qui sont responsables des subventions aux énergies fossiles « selon un calcul réalisé par un think-tank indépendant et une ONG pro-environnementale, Overseas Development Institute et Oil Change International, publié dans un rapport, mardi 11 novembre. Les deux organisations ont distingué les subventions versées par des entreprises d’Etat (estimées à 49 milliards de dollars par an), les fonds versés via des aides publiques directes et des exemptions fiscales (23 milliards de dollars) et des financements via des banques publiques et des institutions internationales dont la Banque mondiale (16 milliards de dollars). « ( source: Le Monde 11/11/2014 http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/11/11/energies-fossiles-le-montant-des-subventions-des-pays-du-g20-critique_4521521_3244.html)