Les climatologues jugent médiocres les engagements des États pour la COP 21

par Valéry Laramée de Tannenberg

(article paru initialement sur le site du Journal de l’environnement)

Le 09/07/2015

Les climatologues ont pointé du doigt la faiblesse des promesses (INDC) faites par les États en amont du sommet de Paris sur climat. Ces dernières ne représentent que 15 à 20% de l’effort nécessaire pour limiter le réchauffement climatique à 2°C.

Ce mercredi 8 juillet, à Paris, au cours du colloque Our Common Future, plusieurs climatologues ont tenté d’évaluer le bénéfice climatique des 18 premières INDC. Non sans difficulté.

« Par nature, les INDC sont difficilement comparables entre elles, reconnaît Navroz Dubash, chercheur au centre de recherche politique, un think tank indien. Leur champ d’application varie considérablement d’un pays à l’autre; certaines incluent l’adaptation, la technologie, les financements, d’autres pas; on ne sait non plus quel est leur statut juridique. »

55 % des émissions

Michel Den Elzen s’est pourtant pris au jeu. L’analyste de l’agence d’évaluation environnementale des Pays-Bas (PBL) a évalué les effets, sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), des 18 INDC déjà publiées. Lire la suite