Les ONG reçues par le président Hollande à la veille du sommet de l’ONU

par Dominique Martin Ferrari

Samedi 20 Septembre au matin, à la veille de la marche climat , François Hollande a reçu une vingtaine d’ ONG pour discuter du climat et des ODD.
Ce rendez vous est une reconnaissance du travail conduit par la société civile d’autant que le Président a proposé un autre rendez vous avant le Conseil énergie européen d’Octobre et demande à réitérer l’exercice de manière régulière .
La plupart des interventions ont porté sur la question financière: fonds verts dont on parlera à New york bientôt (1Md sur trois ans à formaliser), fiscalité écologique, renforcement des positions sur l’efficience énergétique et sur les renouvelables .
L’ambition française de 27% de renouvelables a été jugée insuffisante par les ONGs, de même la réduction de 40% de nos émissions.
La tâche sera donc difficile. (La France ayant déjà du mal à atteindre son objectif 2020 elle ne poussera pas à plus ambitieux pour 2030; à moins que la France inclue le nucléaire; heureusement, elle est pour l’instant la seule à considérer le nucléaire dans le renouvelables!)
La taxe carbone ne semble pas non plus d’actualité.
L’action auprès de l’Europe doit se renforcer. La promesse faite par Juncker de libérer 300milliards d’euros doit être justement mobilisée vers l’efficacité énergétique et les renouvelables.
A cette date , il semblerait que la France ait compris l’intérêt d’une action ministérielle transversale qui relie climat, transition énergétique, développement et sécurité alimentaire à la fois dans la négociation de la CP et dans celle des ODD. Simplement le propositions faites actuellement sur le plan de l’agriculture et de l’alimentation ne peuvent être reconnues comme des solutions (OGM et agro carburants) Une coordination devient donc nécessaire avec le Ministre de l’agriculture.

Un sommet de l’ONU sous pression de la société civile

Par Olivier Nouaillas

(Retrouvez l’article en entier sur le site de La Vie)

 

120 chefs d’ Etat seront réunis le 23 septembre à New-York pour préparer la grande conférence sur le climat prévue à Paris fin 2015. Un enjeu qui mobilise d’ores et déjà les citoyens du monde entier.

Ban Ki Moon, le secrétaire général de l’Onu, a réussi la première partie de son pari. Ce mardi 23 septembre à New-York, au siège des Nations-Unies, il réunira plus de 120 chefs d’états de gouvernements (dont Barack Obama et François Hollande) pour préparer la grande conférence de Paris sur le climat, prévue en décembre 2015.

L’intention est plus que louable : éviter la répétition de l’échec du sommet de Copenhague en 2009 en mettant dans le coup les chefs d’ Etat et de gouvernement beaucoup plus en amont. Il reste, en effet, plus de 400 jours avant la tenue de la COP 21 (la conférence de Paris), un délai d’autant plus utile que la COP 20 aura lieu dans deux mois et demi, en décembre 2014 à Lima au Pérou. Et que l’ordre du jour fixé aux représentants des 193 pays est également de préparer la conférence de Paris.

Le chemin est, en effet, encore long pour parvenir à un accord mondial de lutte contre le changement climatique…

Cliquez ici pour découvrir la suite.

Sommet de l’ONU, communiqué d’Attac

Marche pour le climat, le 21 septembre

La société civile se mobilise dans le monde entier le 21 septembre pour envoyer un signal fort aux chefs d’État qui seront réunis à New York le 23 septembre, à l’appel du secrétaire général des Nations Unies : le climat change et il est encore temps d’agir !

Voici un communiqué reçu à cette occasion.

Communiqué d’Attac, Via Campesina…

Les mouvements sociaux dénoncent l’emprise du secteur privé sur le Sommet sur le Climat de Ban Ki-moon

Des mouvements sociaux comme La Via Campesina, OilWatch International, Global Forest Coalition, Migrants Rights International, Indigenous Environmental Network, Grassroots Global Justice Alliance, Attac France et plus de 330 organisations (1), représentant plus de 200 millions de personnes dans le monde, notamment des paysans et des petits agriculteurs, des populations indigènes, des migrant-e-s, des travailleur-se-s, des femmes, des personnes de couleur, des militants pour la justice climatique et environnementale, dénoncent l’emprise du secteur privé et des multinationales sur le Sommet sur le climat organisé par M. Ban Ki-Moon. Dans une déclaration commune publiée le 16 septembre, ils plaident pour des changements systémiques, et contre les initiatives basées sur des partenariats public-privé et des mécanismes de marché qui structurent actuellement l’ordre du jour du Sommet, comme les projets REDD + et d’agriculture urbaine intelligente face au climat (« climate smart agriculture ») ou encore les projets liés à l’initiative Energie renouvelable pour tous (« Sustainable Energy for All – SE4All »)

La déclaration exige de prendre dix actions concrètes pour éviter le chaos climatique, y compris d’immédiats engagements contraignants pour rester en deçà de 1,5 °C de réchauffement global. Les mouvements sociaux maintiennent leur mise en garde contre ce qu’ils appellent les « fausses solutions » et les actions nocives que les grandes entreprises, invitées par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon à jouer un rôle majeur, promeuvent.

Pour Geneviève Azam, porte-parole d’Attac France, « les négociations sur le changement climatique sont dominées par des Etats irresponsables, des pollueurs et des entreprises qui ne se soucient que de leurs propres intérêts, que ce soit à travers de nouvelles exploitations d’énergies fossiles, de nouveaux marchés carbone ou d’autres fausses solutions telles que les agro-énergies industrielles qui détruisent les forêts, les sols, les zones humides, les rivières, les mangroves et les océans »

Selon Carlos Marentes, membre de la Via Campesina, « le sommet sur le climat de New York est organisé en grande pompe mais ne propose aucune alternative systémique véritable. Au contraire il encourage plusieurs fausses solutions d’une économie verte qui n’en a que le nom, telles que de dangereuses solutions techno-scientifiques ou des mécanismes de marché qui feront plus de mal que de bien. Il refuse de reconnaître que le changement climatique est le résultat d’un système économique injuste qui poursuit une croissance sans fin, concentre les richesses dans les mains de quelques-uns et surexploitent la nature jusqu’à l’effondrement ».

Les mouvements sociaux soulignent que vouloir stopper les dérèglements climatiques impliquerait de mettre fin au régime de libre-échange qui permet de poursuivre une croissance sans fin et d’assurer des profits sans limite aux multinationales. Ils appellent à mettre fin aux négociations, le plus souvent secrètes, visant à étendre le régime de libre-échange et d’investissements de l’OMC, ainsi que celles de l’Accord de partenariat transpacfique (TPP), de l’Accord de libre-échange nord-américain (TAFTA) et d’autres accords bilatéraux, régionaux ou multilatéraux qui cherchent à marchandiser toutes les dimensions de la nature. Pour Nnimmo Bassey, de l’organisation Health of Mother Earth Foundation (HOMEF), « ces accords minent les populations qui travaillent, détruisent la nature, et réduisent considérablement la capacité des populations à définir leurs propres priorités économiques, sociales et environnementales ».

Le Sommet de New York est présenté comme une étape importante sur la route de la 21ème conférence des parties (COP) de la Convention de l’ONU sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris en 2015. Mais les mouvements sociaux soulignent que cela exigerait des engagements légalement contraignants et une réelle volonté de changement, et non la poursuite du statu-quo tel qu’actuellement proposé. « Bien-entendu qu’il faut des actions concrètes ! Mais pas n’importe lesquelles. Nous ne voulons plus d’engagements volontaires et de promesses vides. Il sera impossible d’éviter le chaos climatique, si nous ne faisons rien pour nous attaquer à l’inaction des gouvernements subordonnés aux intérêts d’entreprises polluantes. Il est essentiel de renforcer nos luttes concrètes sur le terrain et de concentrer nos énergies sur la transformation du système capitaliste », conclut Cindy Wiesner de Grassroots Global Justice.

(1) La déclaration et la liste complète des signataires est disponible ici : http://climatespace2013.wordpress.com/2014/09/16/se-mobiliser-et-sorganiser-pour-eviter-et-stopper-la-fievre-de-la-planete/

Pour toute interview, prise de contact, demande de renseignements, merci de contacter :

Maxime Combes maxime.combes@gmail.com – 06 24 51 29 44 – (français, anglais et espagnol)

Annelies Schorpion annelies.schorpion@viacampesina.org (français, anglais et espagnol)

Pour Attac France,

Maxime Combes et Christophe Aguiton seront à New York à compter du vendredi 19 septembre

Geneviève Azam, porte-parole d’Attac France, sera disponible pour des interviews en Franc à ces mêmes dates

Sommet de l’ONU, communiqué de l’OCDE

Communiqué de l’OCDE

Paris, le 19 septembre 2014

 

Le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría s’exprimera sur les aspects économiques de l’action pour le climat

au Sommet sur le climat des Nations Unies

 

L’Université des Nations Unies (UNU) organise une session thématique sur les aspects économiques de l’action pour le climat avec des dirigeants mondiaux et des experts internationalement reconnus en provenance de Chine, d’Inde, du Mexique et des États-Unis, en marge du Sommet sur le climat 2014 convoqué par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Ban Ki-moon le 23 septembre, à New York. Merci de consulter ci-dessous l’invitation détaillée de l’UNU.

 

A quelques jours du Sommet, cliquez ici pour écouter Simon Upton, Directeur de la Direction de l’environnement, répondre aux trois questions clés sur le changement climatique.

 

 

Pour en savoir plus sur la participation de l’OCDE au Sommet sur le climat des Nations Unies, veuillez visiter notre site Internet : http://www.oecd.org/environment/cc/un-climate-summit.htm.

Sommet de l’ONU : le point de vue du WWF

Marche pour le climat

La société civile se mobilise dans le monde entier le 21 septembre pour envoyer un signal fort aux chefs d’État qui seront réunis à New York le 23 septembre, à l’appel du secrétaire général des Nations Unies : le climat change et il est encore temps d’agir !

Voici un communiqué reçu à cette occasion.

Communiqué du WWF

Le Sommet sur le climat du Secrétaire général des Nations Unies qui s’ouvrira à New York mardi 23 septembre et qui devrait réunir plus d’une centaine de Chefs d’Etat et de gouvernements, ainsi que des milliers d’acteurs de la société civile. Il s’agit d’une étape décisive vers la COP21 – Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, qui se tiendra à Paris en décembre 2015. En toile de fond de cette rencontre : la plus importante mobilisation de la société civile jamais organisée autour des questions climatiques. Pour le WWF, ce rendez-vous est capital et il ne peut se clore sans que des engagements clairs et ambitieux aient été pris par les différents Chefs d’Etat. Le WWF exhorte les participants à ce Sommet à acter de réels engagements immédiats afin d’augmenter l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, ainsi que leur financement, et réduire les énergies fossiles et leurs investissements.

  • Faire pression sur le sommet climatique de l’ONU

« L’échec des négociations de Copenhague est maintenant derrière nous » selon Samantha Smith, Directrice de la Global Climate & Energy Initiative du WWF International. « Le 23 septembre, c’est une rencontre au Sommet qui va se jouer et où il est impératif que des messages politiques forts soient formulés et que les gouvernements s’engagent à atteindre leurs objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Société civile et responsables économiques vont unir leurs efforts et parler d’une même voix afin d’adresser un message clair : les Etats doivent « marcher » avec eux dans cet élan global dans la lutte contre les dérèglements climatiques ».

  • Une étape capitale avant Lima en novembre … et Paris, en 2015

Ce Sommet de New York est un tremplin vers la COP20 qui se tiendra en novembre prochain à Lima, au Pérou mais plus encore, il est l’occasion d’obtenir dès maintenant les garanties qu’un accord global majeur sera obtenu à Paris, au Bourget, fin 2015, dans le cadre de la COP21, l’évènement le plus important des négociations climatiques internationales depuis le premier Sommet de la terre de Rio en 1992.

Dès mardi à New York, des engagements devront être pris en matière de réduction de la déforestation, de réduction des émissions de CO2 issues de l’industrie et trouver les voies de financement qui permettent d’aider les pays les plus impactés par les conséquences néfastes du changement climatique.

  • « Pour tout changer, nous avons besoin de tout le monde »

Pendant le Sommet, un mouvement citoyen d’ampleur majeure se déroulera dans la ville, dans le cadre de la Marche mondiale pour le climat qui aura lieu simultanément à New York, Londres, Berlin, Rio, New Delhi, Melbourne, Vancouver et à Paris. Le WWF France rejoindra les rangs de la « Paris Marche pour le Climat » organisée par le mouvement citoyen mondial Avaaz, ce dimanche, le 21 septembre 2014, à 14h à la Place de la République et qui mènera les participants au parvis de l’Hôtel de Ville, où un concert du chanteur Patrice sera donné. Le WWF sera également présent à la Climate March de New York.

  • La mobilisation du WWF est également digitale

Dans le cadre de la mobilisation autour du Climat, le WWF France lance une campagne de mobilisation digitale à partir du site  http://earthhour.fr, avec pour but d’appeler les dirigeants à prendre des engagements forts en faveur du climat et de mobiliser à travers une Marche Climat Digitale parallèle à la manifestation physique.

Ainsi, il est possible de d’interpeller via Twitter les décideurs sur le site http://earthhour.fr, comme François Hollande, Ségolène Royal ou Jean-Paul Juncker. 

Il est également possible de télécharger un kit de mobilisation comprenant une série de messages pour le Climat. Il suffit ensuite de se prendre en photo avec le message de son choix parmi ceux proposés dans le kit et de poster son cliché sur ses réseaux sociaux avec le hashtag #MarcheClimat.
 

Cette mobilisation digitale permet ainsi à tous de prendre part à la marche mondiale pour le Climat d’où qu’il soit, et pas seulement lors de la marche physique du 21 septembre.

Les photos de la Marche Climat à Paris et des autres mobilisations partout dans le monde seront disponibles dans l’album Flickr suivant à partir de dimanche :

https://www.flickr.com/photos/wwf_at_ban_ki-moon_summit/sets/72157647363234959/